Priorité au très haut débit

fibre-optique-ccpl

Le déploiement de la fibre

Le déploiement des réseaux de nouvelle génération à très haut débit, principalement via la fibre optique, représente un enjeu d’aménagement, de développement économique et d'égalité territoriale majeur pour notre territoire, un levier pour la compétitivité des entreprises, un facteur essentiel d’attractivité locale et de développement de nouveaux services innovants.

Les raisons d'un engagement

En permettant d’apporter un débit identique dans les zones rurales comme dans les secteurs urbanisés, la fibre optique « neutralise » l’éloignement et constitue ainsi un facteur majeur d’intégration territoriale.
Le développement de la fibre optique est le grand chantier d’infrastructures de ces prochaines années.
La faible densité du territoire de la CCPL n’intéresse pas les opérateurs privés ; aussi l’aménagement numérique doit relever de l’initiative publique, savoir des Collectivités territoriales. C’est ainsi que la CCPL s’est engagée, aux côtés du Département, pour réaliser le déploiement de la FttH (Fiber to the Home), en s’inscrivant, par ailleurs, dans le Plan France THD (Très Haut Débit).


1ère étape, la montée en Débit

La Montée en Débit (MeD) consiste à rapprocher la fibre optique de l’abonné en l’acheminant du Central NRA (Nœud de Raccordement Abonnés) jusqu’au sous-répartiteur, tout en conservant la partie terminale du réseau en cuivre. C’est une étape intermédiaire, lancée dans l’attente de l’arrivée de la fibre optique, pour augmenter le débit Internet des lignes les plus déficitaires.
Cette première opération, menée par la CCPL sur son territoire, en liaison avec le Département, porte sur 6 sous-répartiteurs et concerne les communes des Molières, de Forges-les-Bains, Vaugrigneuse, Fontenay-les-Briis, Janvry et Boullay-les-Troux, soit environ 1600 lignes.
Ces nouveaux équipements ont été mis en service en 2016 et début 2017 ; ils permettent aux abonnés concernés de recevoir désormais le Triple Play (Internet, téléphonie fixe et télévision).


2ème étape, la FttH

Les études préalables au déploiement de la fibre optique (FttH) jusqu’à l’abonné sont conduites par le groupe de travail THD au sein du Département avec la participation des sept Établissements Publics de Coopération Intercommunale du sud de l’Essonne (dont la CCPL).
Le planning potentiel actuel prévoit l’échelonnement des travaux de 2017 à 2020. Au terme de cette période, l’ensemble du territoire essonnien (y compris celui de la CCPL qui porte sur 13 043 prises) sera fibré.
Pour porter ce projet de développement numérique, une structure spécifique a été mise en place : le Syndicat Mixte Ouvert (SMO) « Essonne Numérique », constitué entre le Département et les sept EPCI du sud de l’Essonne. Doté des compétences d’aménagement numérique que lui ont transférées ses membres, il pilote ce déploiement au niveau départemental dans le cadre d’une gouvernance collective.

Estimation du coût global du déploiement essonnien, cofinancé en partenariat avec
l'État, la région Île-de-France, le Département et les intercommunaliés
124 100 000 €
(dont 9 428 000 € pour le territoire de la CCPL)
Quote-part financière assumée par la CCPL respectivement au titre des investissements
MeD : 270 471 € sur 15 ans
FttH
: 2 439 000 € sur 4 ans (de 2017 à 2020)

Qu'est-ce-que c'est ?

Qu’est-ce que le débit ?
Il définit la quantité de données, exprimées en bits, susceptibles d’être transférées par seconde.
 
Qu’est-ce que le très haut débit ?
Il est défini comme le débit descendant (réception) supérieur à 30 Mégabits par seconde.

Qu’est-ce que la fibre optique ?
Fil en verre plus fin qu’un cheveu, la fibre optique est un tube permettant de transporter des données via un signal lumineux. Elle présente plusieurs avantages :

  • Elle permet de transmettre des quantités de données à la vitesse de la lumière, quasiment sans limitation de débit. À l’inverse, l’ADSL utilise le réseau téléphonique en cuivre et n’offre qu’un débit moyen de 512 kbits pour les zones éloignées du central téléphonique, parfois jusqu’à 20 Mbits par seconde pour les zones les plus privilégiées.
  • À la différence du réseau téléphonique en cuivre, le débit n’est quasiment pas altéré par la distance. Tous les usagers bénéficient d’un débit identique.
  • Le débit peut être symétrique, c’est-à-dire identique pour la réception (débit descendant) et l’envoi de données (débit ascendant)